Le cas du saké

Crédit photo

Ni tout à fait vin, ni tout à fait bière, la boisson nationale du Japon a tout d’un cas à part…

L’alcool de riz, dit saké est encore peu connu du reste du monde. Le Japon possède plus de 1600 brasseries de saké , où les visiteurs pourront goûter à différentes variétés tout en observant la façon dont l’eau et le riz sont transformés en alcool.

De même qu’un bon vin est le reflet du terroir, les qualités du saké dépendent fortement de la qualité du riz, il nécessite une forte dose d’amidon.

Les grains sont d’abord polis à la machine, puis lavés, trempés et cuits à la vapeur. Le brasseur ajoute enfin un ferment, puis des levures, ce qui apparente le saké ainsi extrait à une bière plutôt qu’à un vin. La pâte de riz fermentée est ensuite pressée et le saké va alors séjourner en cuve pendant près de 6 mois.

Le saké accompagne particulièrement bien les fruits de mer !

Alors un verre de saké ?

あなたの健康で

Globe-trotteuse : Virginie B

Publié dans: Autour du voyage

Tagged as: ,

1 réflexion sur « Le cas du saké » Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s